C'était mieux avant couvQu'on nous lâche la couenne couv

C'était mieux avant et Qu'on nous lâche la couenne !

de et illustrés par Claudine Desmarteau

chez Flammarion

parus en 2019

dans la collection Les Conjugouillons

12,9 x 13 cm, couverture souple, 32 pages

recommandés par l'éditeur pour les 10-13 ans

Description :

Voici les tomes 7 et 8 d'une collection qui fait preuve d'originalité pour aborder la conjugaison. Le concept consiste à attribuer chaque temps à un personnage, qui ne s'exprime que via ce temps de conjugaison. Il est donc reconnaissable par sa couleur, son allure et son discours. Dans une conversation entre plusieurs personnages, chacun garde le temps qui le caractérise.

Si la collection est proposée à partir de 10 ans, c'est par ailleurs parce que ces personnages gribouillés sur papier à petits carreaux sont râleurs, parfois insupportables et pas toujours polis !

Dans C'était mieux avant, Imparfait échange avec Présent et Futur sur l'emprise des réseaux sociaux. Dans Qu'on nous lâche la couenne !, Subjonctif Présent et Présent boivent un verre tout en râlant sur la pression qui pèse sur chacun de nous de nos jours...

C'était mieux avant

Notre avis :

Ces deux nouveaux tomes permettent d'aborder deux autres temps de conjugaison, l'imparfait et le redouté subjonctif présent. On y retrouve donc l'impertinence et l'humour de la collection, et tant mieux car plus c'est surprenant et rigolo, et plus notre cerveau enregistre !

Les livres sont tout petits et se lisent très vite. Ils permettent de se mettre à "conjugouiller", c'est-à-dire à conjuguer sans se prendre la tête et en s'amusant. N'y cherchez aucun cours de français, vous n'en trouverez pas. Par contre, on peut tout à fait imaginer dessiner soi-même les personnages sur des fiches de révision de conjugaison (un petit rappel que ce type d'apprentisssages peut être ludique) ou s'amuser à jouer tel temps dans une saynète pour s'entraîner...

Pour retrouver notre présentation des premiers tomes, voir Une conjugaison impertinente et Les péripéties de Passé Composé et de Conditionnel Passé.

Qu'on me lâche la couenne