Après avoir abordé l'intérêt de faire de la généalogie avec les enfants, puis la manière de se lancer, voici un troisième volet pour savoir que faire des informations récoltées.

1. Apprenez dès le départ à utiliser la numération Sosa (pour Sosa-Stradoniz), qui attribue un numéro fixe à chacun de nos ancêtres, ce qui facilite les choses quand on commence à en accumuler beaucoup ! Ce système de numération est le plus utilisé, c'est donc pratique pour d'éventuels échanges ultérieurs avec d'autres généalogistes. En voici le principe : la personne qui fait des recherches est toujours le n° 1 (mes deux enfants font des recherches, ils sont chacun le n° 1 de leur arbre, même si le reste de l'arbre est identique). Son père est 2, sa mère est 3. On poursuit ensuite de la même manière : son grand-père paternel est 4, sa grand-mère paternelle 5, son grand-père maternel 6 et sa grand-mère maternelle 7, etc. Quand on prend l'habitude d'utiliser ses numéros, on voit vite que :

  • les numéros pairs sont pour les hommes, les numéros impairs pour les femmes (à part le 1 qui est le chercheur, quel que soit son genre),
  • le père d'une personne X porte toujours le double de son numéro, sa mère le double + 1.

Cela permet de retrouver facilement la place de chacun : 8 est toujours l'arrière-grand-père, plus précisément le père du 4, le grand-père paternel (lui-même père de 2, le père de 1), par exemple. Ne vous inquiétez pas si cela vous semble opaque, on s'y fait très vite avec la pratique !

inforgraphic-steps-2033384_1280

2. Si vos enfants vont au-delà de l'arbre de base et se prennent de passion pour la généalogie, un simple arbre à remplir ne sera certainement pas suffisant. Il existe de nombreux sites et logiciels. Nous avons opté, dans notre famille, pour le site Geneanet qui offre une version 100 % gratuite : même si certains avantages sont réservés aux membres premium, il y a déjà de quoi remplir son arbre et faire des recherches (et si vous souhaitez être parrainé pour tester gratuitement pendant un mois la version premium, demandez-nous !). La législation impose au site de masquer les personnes encore vivantes, elles ne seront donc pas visibles par d'autres internautes. Comme il s'agit d'enfants, les miens ont opté pour que leur arbre soit entièrement masqué, pour l'instant en tout cas.

Geneanet

3. Côté logiciel, nous commençons à découvrir Généatique, car petit à petit les informations recueillies par les enfants s'accumulent. Mais cela commence seulement à être utile dans le cas de mes enfants, après plusieurs mois de recherches, nous sommes donc loin de l'avoir bien exploré à ce jour.

Généatique

4. Prévoyez aussi de quoi conserver les données autres que des actes : il vous faudra des pochettes ou des classeurs pour les actes en version papier, des boîtes pour les photos ou les objets en volume (médailles, souvenirs divers). A vous de trouver votre manière de tout organiser avec deux critères principaux : la facilité à retrouver un élément en particulier et la possibilité de pouvoir regarder et montrer ces mementos.

hour-s-1994980_1920

5. Prenez des photos de ces souvenirs et scannez tout document papier pour avoir une copie partageable avec les autres membres de la famille et retrouvable en cas de souci avec l'original. Vous pouvez créer des sous-dossiers par branches familiales et/ou utiliser, là aussi, la numérotation Sosa dans le nom du documentaire.

Pourquoi ne pas organiser une petite présentation de vos trouvailles au reste de la famille ?

Plus sur la généalogie :