Nous avons eu l'occasion de poursuivre nos découvertes via des ateliers présentés par ArkéoMédia. Les premiers ont été présentés ici, les seconds . Au programme cette fois-ci : la datation et la chronologie.

Nous avons ainsi évoqué la datation relative, avec la méthode de la stratigraphie : les archéologues creusent et datent les trouvailles de leurs fouilles en fonction des strates ou couches de terre. Quand on a déterminé l'époque d'un objet, notamment en fonction de nos connaissances sur ce que les hommes savaient faire et comment ils le faisaient, on sait que d'autres objets de la même couche seront de la même époque, et que les objets enterrés plus profondément sont plus anciens.

P1040013

Pour concrétiser tout cela, nous avons réalisé nos propres bocaux avec de l'argile, de la terre, des cendres, du charbon, des fragments de silex et de céramique... le tout en suivant la description de l'occupation d'un territoire.

P1040003

Et voilà le travail, avec trésors à l'intérieur...

P1040007

Nous avons aussi abordé la datation absolue avec le carbone 14. En respirant, les êtres vivants absorbent du C14, qui a la propriété de se dégrader de manière proportionnelle et donc calculable. En observant la quantité restante de C14 dans un os ou du charbon, par exemple, on peut le dater. Nous avons fait nos propres calculs : nos recherches portaient sur un fragment de charbon comportant du C14 (symbolisé par les éléments rouges).

P1040010

Un autre atelier portait sur la chronologie. Les enfants ont reconstitué une frise chronologique avec des grandes périodes, des dates, des illustrations, etc.

P1040015

La médiatrice a attiré leur attention sur le fait qu'une chronologie concerne une région précise (un pays, un continent...) et ne peut pas être transposée à d'autres régions, dans lesquelles l'évolution a été différente.

P1040017