Récemment, nous sommes allés à la Cité des Enfants 5-12 ans et nous sommes, par hasard, tombés sur une séance réservée par de nombreux groupes scolaires. Autant dire que le lieu était bruyant et encombré, ce que nous essayons d'éviter autant que possible... Mais cela m'a donné l'occasion d'observer quelque chose "d'amusant". Mes enfants sont souvent considérés comme "très vivants" par les personnes positives, voire carrément "fatigants" ou "hyperactifs" par d'autres. Ils ne sont pas habitués à rester assis des heures chaque jour pour travailler sous la consigne, alors, c'est vrai : ils bougent beaucoup, parlent beaucoup, enchaînent les projets, profitent de l'énergie fabuleuse que l'on a à leur âge et n'hésitent pas à suivre leurs envies et leur enthousiasme toute la journée...

(Précision : nous n'avons pas eu de diagnostic médical d'hyperactivité et je ne nie pas l'existence de ce trouble que je ne connais d'ailleurs pas vraiment. Ce qui me gêne, c'est qu'il est sans cesse cité par des gens qui ne sont pas aptes à poser de diagnostic sous le simple prétexte qu'un enfant, c'est fatigant...)

sun-451441_1280

Ce jour-là, pourtant, voici ce que j'ai remarqué : les groupes s'entrecroisaient, facilement repérables aux casquettes portées par l'ensemble des classes et arborant pour la plupart les logos des sponsors (qui n'a pas rêvé de porter une casquette portant le nom d'une banque ou d'une marque de charcuterie ?!). Les enfants couraient beaucoup, criaient beaucoup et... au final ne faisaient pas grand-chose. Les encadrants ne leur laissaient pas la possibilité d'aller explorer ce qui les attiraient mais les guidaient d'un point à l'autre. Je suppose que c'est plus facile pour eux et encore, le lieu étant clos, mais l'ennui c'est que peu d'animations sont très accessibles pour 30 enfants à la fois ! Résultat : c'était la cohue, chacun tentait de participer, pas toujours avec succès.

people-431943_1280

D'autant qu'ils ne restaient jamais longtemps au même endroit. Alors, oui, la Cité des enfants c'est assez grand et il y a plusieurs zones thématiques qui peuvent toutes être intéressantes à découvrir. Mais je me suis aperçue que plusieurs de ces groupes, si ce n'est tous, avaient mis en place un système consistant à éviter de passer plus de 10 minutes au même endroit et je ne pense vraiment pas que l'objectif était de laisser la place aux suivants, puisqu'ils fonctionnaient comme cela partout, quelle que soit la fréquentation des activités. Je ne sais pas s'ils avaient d'abord lu la liste des animations sur le site pour décider de leur programme, mais très régulièrement, on entendait les adultes crier par-dessus le vacarme ambiant pour leur dire de, vite, vite, les suivre ailleurs.

the-eleventh-hour-758723_1280

Du coup, beaucoup d'enfants n'avaient finalement rien fait ou quasiment alors qu'ils devaient déjà se diriger vers une autre zone. D'autres étaient en pleine action et devaient tout abadonner parce que c'était l'heure ! (Super quand on a fait la queue et que c'est enfin son tour !) L'excitation était déjà assez forte (et cela se comprend, je me souviens que, à leur âge, je ne m'intéressais pas une seule seconde aux musées que j'ai visités avec ma classe, tant j'étais simplement contente d'être libre de bouger et de parler avec les copains...), le fait de ne rien faire vraiment et de constamment essayer d'avoir une place quelque part ne faisait qu'augmenter la pagaille et le vacarme, sans parler des enfants qui poussent ou arrachent quelque chose des mains pour être sûrs d'avoir leur tour sans pouvoir attendre.

Au milieu de ces enfants qui couraient partout, les miens (aux casquettes non assorties et non sponsorisées !) se déplaçaient tranquillement, choisissant de préférence les endroits plus calmes. C'est vrai qu'ils connaissent bien les lieux, mais ils ont eu le temps de faire plein de choses sans minuteur... Leur motivation restait entière puisque non coupée par des consignes ou des chronomètres, ils parvenaient à se concentrer assez pour aller jusqu'au bout de ce qu'ils avaient choisi et détonnaient parmi les autres... pour leur calme !

kindergarten-504672_1280

Je me demande quel est l'intérêt pour les enfants en groupe de bénéficier de si peu de liberté et de si peu de temps dans un lieu qui a pourtant été créé pour eux. Je doute qu'ils aient découvert grand-chose lors de cette séance. C'est vrai, je n'ai pas l'habitude d'emmener 30 enfants quelque part et je ne réalise peut-être pas toutes les difficultés d'organisation, mais en l'occurence ils ne pouvaient de toute façon pas sortir seuls du lieu pendant les 1h30 que durait la séance. Qu'ont-ils gagné à passer 10 minutes ici et 10 minutes là ? A une époque où l'on utilise très facilement l'étiquette d'hyperactivité pour tout enfant qui bouge, que peuvent gagner les adultes à leur donner l'habitude de morceler la séance en nombreux petits segments dans lesquels on n'a pas le temps de faire grand-chose et certainement pas d'assouvir sa curiosité ? Les adultes reprochent aux enfants d'être une génération qui zappe et ne se concentre sur rien, mais que leur apprennent-ils avec une organisation pareille ?

television-remote-control-525705_1280

Cela fait longtemps que nous fréquentons la Cité des Enfants ou le reste de la Cité des Sciences et de l'Industrie. Là, ou ailleurs, il est arrivé que mes enfants restent un long moment sur une seule animation. C'était celle-là qui les intéressait à ce moment-là. Et pourquoi pas ? A part pour éventuellement leur demander de céder leur place s'il y avait de la demande, je n'ai jamais jugé utile d'intervenir pour leur faire remarquer les autres animations tellement intéressantes à côté. Pourquoi, si celle-là conservait encore leur intérêt ? En quoi une autre serait mieux ? Ou en quoi le fait de faire un petit peu de tout serait plus "rentable" que de suivre son instinct ?

diary-582976_1280

C'est comme ces parents dans le parc qui poussent leur petit à essayer toutes les structures. Leur intention est sans doute bonne, ils ont envie qu'ils puissent profiter de tout ce qui est chouette. Le résultat, c'est une pression qui n'a pas lieu d'être ! J'ai tout de même entendu plusieurs fois des remarques du type "Bon, ok, tu as descendu trois fois ce toboggan, mais ça suffit maintenant, tu n'a pas encore essayé le jeu là-bas !" Oui, et alors ? Si ce toboggan plait à l'enfant au point qu'il ait envie de le faire encore et encore, comportement qui est loin d'être rare chez un petit, où est le problème ? La sortie au parc n'est pas assez productive ? Pas assez rentabilisée ? On vise alors l'exhaustivité plutôt que la qualité ? Drôle de critère pour des loisirs...

children-playing-334531_1280

Et il y a pire encore : quand mes enfants étaient des bambins, je me suis souvent retrouvée à partir pour le parc et, finalement, passer tout le temps dont nous disposions sur le trajet, sans jamais atteindre le parc en question. Parce qu'il y avait des paquerettes à ramasser, des fourmis à observer, un banc sur lequel grimper, etc. Et, pendant que nous traînions sur le chemin, nous étions dépassés par d'autres adultes, eux aussi accompagnés de bambins, qui leur interdisaient de s'arrêter en chemin, puisque l'objectif à atteindre était le parc et qu'ils n'étaient pas encore arrivés... Tant pis si le petit voulait lui aussi s'arrêter pour observer un escargot ou ramasser des feuilles. Au parc, d'accord, mais pas sur le chemin qui y mène !

human-730873_1280

Tout cela me semple paradoxal : les reproches que l'on fait aux enfants et le modèle qu'on leur montre... Mes enfants qui sont parfois considérés comme trop actifs mais finalement savent trouver leur rythme au milieu d'une foule surexcitée... Je crois que nous allons devoir revendiquer un style de type "slow learning", mais pratiqué avec énergie et dynamisme !

bubble-83758_1280