Actuellement au Musée du Quai Branly, et jusqu'au 18 octobre 2015, on peut visiter l'exposition temporaire Tatoueurs, tatoués.

affiche_tatoueurs_tatoues (2)

© musée du quai Branly

La première partie de l'exposition retrace l'histoire du tatouage à travers le monde. D'un point de vue historique, on découvre qu'en Occident, les tatouages ont souvent existé d'abord pour marquer de manière négative : on tatoue les criminels, les phénomènes de foire, etc. Ce n'est que plus tard que le tatouage devient une marque identitaire et, de marginal et clandestin, devient réalisation artistique. En Orient, en Afrique et en Océanie, en revanche, le tatouage est souvent présent depuis longtemps et lié aux rites et aux religions. C'est un élément culturel essentiel.

proddg04197

© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde

Ensuite, on découvre des tatouages du Japon, d'Amérique du Nord et d'Europe. Les enfants ont particulièrement apprécié les tenues permettant aux acteurs japonais du théâtre kabuki de donner l'illusion d'une peau très tatouée ! Mais certains n'usent pas d'artifice et n'hésitent pas sur la quantité d'encre...

tattoo_japon_2 (2)

© Photo by : Tatttooinjapan.com / Martin Hladik

Est évoqué plus loin le renouveau du tatouage traditionnel en Nouvelle-Zélande, Polynésie, Thaïlande, etc. Attention, certaines vidéos peuvent être impressionnantes pour les enfants. La quatrième partie de cette exposition en forme de labyrinthe nous mène à des pays qui se sont mis plus récemment au tatouage, comme la Chine ou les pays latinos. L'exposition se termine sur des photos de tatouages contemporains. Photos, membres en silicone, toiles, films et même peaux mommifiées se succèdent...

proddg04194

© musée du quai Branly, photo Gautier Deblonde

Les enfants peuvent visiter l'exposition avec un livret-jeu (conçu pour les 10 ans et plus), qui les amène à observer certaines pièces de l'expo en particulier, leur apporte des informations et leur propose des jeux. La dernière page les encourage à dessiner leur propre tatouage et une partie des propositions est présentée sur la page Facebook du musée. Il est également possible de télécharger un dossier pédagogique.

Les enfants en ont conclu qu'ils ne voulaient pas se faire tatouer... et qu'ils se contenteraient d'un tatouage provisoire de temps en temps ! Sans doute que voir différentes machines à tatouer ne les a pas rassurés. Mais, que l'on aime ou pas les tatouages, il faut reconnaître qu'on en voit de très impressionnants dans cette expo !