Pour la première fois chez nous, nous avons fêté la Saint Nicolas, le 6 décembre. Cela est venu d'une grande demande de la part de mon 5 ans de faire la fête, en général, et également de son envie d'entendre des contes ou légendes. Malgré cela, je n'avais aucune envie de lui parler de la légende du boucher... trop violente à mon goût. Certains me répondront que la violence dans les contes et légendes a son but dans l'histoire, mais je ne suis toujours pas convaincue. J'ai donc opté pour l'histoire des trois filles à marier (désolée, lien en anglais). Nous avons aussi beaucoup parlé de son grand-père, qu'il n'a pas connu, mais qui fêtait la Saint Nicolas dans sa Lorraine natale.

Saint Nicolas étant lié aux bonnes actions, mon grand a laissé à son intention un petit mot, glissé dans sa chaussure. Il a dessiné une orange et voici ce qu'il m'a dicté : "Cher Saint Nicolas, peux-tu m'apporter quelque chose à donner aux gens qui n'ont pas de maison ? bisous" et il a signé. Il a ajouté une carotte pour l'âne de Saint Nicolas. Il est très préoccupé par l'existence des SDF actuellement. C'est sûr que de les croiser, à Paris, dans la rue ou le métro, et tout particulièrement par ce froid, c'est choquant.

P1020508

Bien sûr, Saint Nicolas est venu... Hum, disons que s'il tient à y croire, je ne vais pas non plus lui asséner la vérité et lui révéler que personne ne vient vérifier ses chaussures, ce n'est pas du tout le moment pour lui (il vient de décider de croire au Père Noël, pour la première année !). Donc, le mot et la carotte ont disparu et il a trouvé à leur place trois clémentines, trois sous... et un magazine pour lui, quand même, parce que c'était si mignon de demander un cadeau pour le donner.